Projet Githo de l'école Joseph-François-Perrault

Un projet engagé à donner à un jeune haïtien la chance de poursuivre ses études

Souvent les vastes projets de solidarité se forment afin de soutenir une cause humanitaire touchant un maximum de personnes. Dans le cas du Projet Githo, les étudiants de l’école secondaire Josept-François-Perrault ont cette fois choisi de concentrer leurs efforts autour d’une personne.

Et cette personne, c’est Githo, un jeune haïtien de 9 ans vivant en périphérie de Port-au-Prince, qui grâce à l’aide d’étudiants d’ici, peut à son tour étudier et même espérer se rendre à l’université.

En tout ce sont 62 élèves de tous les niveaux qui participent directement aux activités de levée de fons pour Githo. Habitués à soutenir des causes de toutes sortes, les élèves de l’école Joseph-François-Perrault ont déjà été finalistes à Forces Avenir, dans cette même catégorie pour leur projet de Soupers gastronomiques. Après six ans à préparer à souper pour de bonnes causes, les élèves ont choisi de passer à autre chose l’an dernier et c’est vers Githo qu’ils se sont tournés. « L’argent amassé lors de nos deux derniers soupers gastronomiques de l’année 2009-2010 avait été consacré à Haïti pour leur venir en aide à la suite du tremblement de terre. Les sommes avaient alors servies à reconstruire l’école que fréquentait Githo. Et c’est ainsi, via la fondation québécoise Aidons un enfant, que nous avons fait la connaissance de Githo et que nous avons choisi de le parrainer » raconte Noel Marceau, adulte responsable du projet à l’école. La grande popularité de ce parrainage est qu’il perdurera dans le temps et c’est probablement ce qui motive le plus les élèves à y investir des efforts.
« C’est un projet très concret et proche de notre réalité d’étudiant. Nous sommes des jeunes qui aideront un autre jeune à étudier pour avancer dans la vie. Le plus beau, c’est que nous voulons le parrainer jusqu’à ce qu’il aille à l’université, s’il souhaite y aller. Nous pensons que c’est beau coup de pouce à donner » affirme la porte parole du projet et étudiante de 5e secondaire, Mélanie Guillemette. Entre autres, les élèves ont mis sur pied une fabrique de biscuits qui vend les fruits de sa production deux fois par mois. Ils ont aussi formé un comité cuisine qui prépare des repas pour le personnel les jours pédagogiques alors que la cafétéria est fermée.
Les étudiants ont même élaboré des partenariats avec trois bars de Québec qui leur remettent des vêtements non réclamés par des clients. Ils les lavent et les réparent minutieusement pour ensuite les revendre aux étudiants de l’école.
Dans les faits, pour remplir leur contrat de parrainage les élèves doivent remettre 350$ par année à la fondation québécoise Aidons un enfant. Ils ont toutefois choisi de dépasser cet engagement. Ainsi, en plus de soutenir financièrement Githo, ils posent aussi des gestes afin de venir en aide à toute la communauté où Githo vit. Entre autres ils ont récolté des vêtements pour bébés et des couvertures. Puis ils ont amassé du matériel scolaire, des livres et des sacs à dos pour les faire parvenir à l’école du Githo où tout cela pourra être distribué parmi les jeunes élèves. Bien entendu, les surplus d’argent pourront être donnés à la famille de githo qui compte cinq enfants. « Githo est devenu le chouchou de l’école et tout le monde contribue comme il le peut. Puis comme nous voulons l’accompagner pendant plusieurs années, nous sommes en train de préparer la relève afin de nous assurer que d’autres élèves reprennent en main les activités de financement » précise Mélanie.
Curieusement, ce projet, malgré son aspect singulier, est devenu un projet très rassembleur au sein de l’école. La photo de Githo est mise en évidence et les dernières nouvelles à son sujet sont rapidement partagées. Tout le monde, élèves comme équipe école, a développé une sorte de responsabilité à l’égard de Githo et même face à l’école de ce dernier. « En travaillant avec la fondation québécoise Aidons un enfant, nous savons que les sous offerts se rendent au bon endroit. C’est très motivant pour tous de savoir que notre action change directement le quotidien de quelqu’un. C’est aussi extraordinaire de voir tous nos étudiants prendre ce parrainage à cœur » conclut M. Marceau.

Soleil vendredi le 28 janvier 2011

Retour aux projets